CADEAU A LIRE

NOUVELLE A EPISODES OFFERTE :

Sur une fleur,

elle se pose et rend l’âme.

– Luc Verline juin 2021 –

Épisode 1/24 :

Un parfum de mort.

Sur une fleur, elle se pose et rend l’âme à l’issue d’un combat épique. Elle ne saura jamais si ce sacrifice avait du sens. Son sang d’un vert émeraude trouve ici un écrin légitime. Un vent printanier flatte les narines des survivants et dissipe les odeurs plus ferreuses des mares d’hémoglobine jonchant la plaine meurtrie du royaume de Craâ.

…………..

Quelques lunes séparent cette fin dramatique de cette conversation à la teneur inhabituelle, entre le grand chambellan Amerik et son conseiller de toujours, le peu recommandable Vautor.

— Les Slars sont sans pitié. Et tu voudrais que ma fille, la chair de ma chair, mon propre sang, soit sacrifiée ?

— Grand chambellan, il est temps en effet. L’Historienne l’a gravé dans la Pierre Sacrée. Rien ne saurait changer ses exigences.

— L’Historienne n’est qu’une vieille folle et nous le sommes plus encore, de se plier à ses volontés.

— Par tous les dieux, vous ne pouvez…

— Tu prétends me dicter ce que je peux dire ou pas ?

— Euh… Non bien sûr… cependant…

— Il est temps en effet, comme tu le dis si bien… Temps de se libérer de ces inepties. Temps pour moi de prendre le pouvoir !

— Mais grand chambellan, vous en êtes le détenteur légitime…

— Vraiment ? Je crois n’avoir été jusqu’alors qu’un homme de paille. Un homme manipulé depuis sa naissance qui a été éduqué dès le plus jeune âge à faire là où on lui dit de faire. Sache, pauvre mouche attirée par ma merde, que c’est terminé !

— Mais…

— Ma première décision est… de te révoquer sur le champ !

Épisode 2/24 :

Sage et sublime Yaël.

Le grand chambellan Amerik, décidé à bouleverser drastiquement l’équilibre des pouvoirs, sait ce qu’il lui reste à faire. Il se rend sans tarder quérir l’appui de la seule à détenir assez de sagesse et d’envergure pour s’opposer aux désirs de l’Historienne.

— Yaël, je te veux comme première conseillère !

— Comment peux-tu envisager un seul instant cette option ?

— Mais ce n’est pas une option, c’est …

— Un ordre peut être ?

— Non, tu sais bien que ton rang ne me permet pas de t’imposer quoi que ce soit.

— Alors n’insiste pas.

— Mais j’ai besoin de toi pour…

— Pour… ?

— Pour… prendre le pouvoir !

— Rien que ça !

— Je ne vois que cette possibilité pour sauver ma fille d’une mort annoncée par…

— L’Historienne ! Elle a donc osé !

— Alors tu acceptes ?

Yaël, dont le silence de mort pousse la patience du grand chambellan à ses limites, semble avoir retrouvé toute sa légendaire quiétude. Elle reprend son activité épistolaire, avec le même geste assuré à tracer des lettres gracieuses, pleines d’arabesques voluptueuses. Qui pourrait croire qu’en son for intérieur, la sublime femme est troublée comme jamais ? Elle lève un bref instant les yeux de son parchemin et, d’un seul regard, congédie son petit frère. Celui-ci, froissé d’une telle indifférence à ses malheurs, ravale les mots indélicats qui lui incendient la bouche. Conscient que la meilleure chose à faire est de laisser à son aînée un temps de réflexion, il se retire. Il sait la sagesse de Yaël. Malgré son impatience, il reste confiant en sa décision à venir.

Épisode 3/24 :

Toute une Histoire.

— Ma fille, un jour tu seras à ton tour l’Historienne.

— Mère, je n’ai pas reçu votre don en héritage.

— Mon don ? De quel don parles-tu ? Point de don qui ne tienne, mais du travail pour arranger au mieux l’Histoire à venir. Consulte les Grands Livres, apprends l’Histoire passée. Vois-y ce qui est bon pour nous, puis, écris notre futur, à notre convenance.

— Mais cette tâche est si ardue.

— Non ma fille. La tâche la plus ardue fût effectuée de main de maître par nos ancêtres communs. Nos anciens ont su rendre notre parole sacrée. Ainsi, ils nous ont offert ce cadeau inestimable de mener le peuple là où il nous sied. Alors respecte tous les sacrifices qu’ils ont endurés pour que notre tâche, à nous, soit si simple.

— Oui mère. Veuillez excuser ma faiblesse.

— Ne t’excuse pas et montre-moi plutôt de quoi tu es capable !

L’Historienne vérifie inlassablement le travail de sa fille. Elle y relève les détails trop précis qui ne pourront pas se dérouler dans ce degré de nuance par la suite. On peut prétendre détenir le pouvoir d’écrire l’Histoire avant qu’elle ne se produise, cependant, certains détails, qui se produiront réellement, pourraient amener les moins aveugles à remettre ce don en cause. Alors, elle enseigne à son héritière la manière dont elle peut écrire les grands desseins de leur nation sans pouvoir être contredite par les faits à venir. Un subtil dosage dans le but d’imposer un futur prédit et sans faille, assurant un avenir radieux à leur famille qui règne ici sans partage depuis des générations.